L'intelligence : réalité ou mythe ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'intelligence : réalité ou mythe ?

Message  Abyssanne le Dim 20 Nov - 14:50


Comment savoir si on est ou non intelligent ?
Normalement notre bêtise étant proportionnelle à notre intelligence, en percevoir les limites n'est pas lucidement possible. On peut prendre en compte notre ignorance, tout ce qui nous reste à apprendre, mais notre intelligence ? Sur quoi se fonde-t-elle, au juste ? Les notes d'école donnent une facilité de comparaison confortable mais en même temps on a toujours vite fait d'écarter ces notes comme trop subjectives, trop fluctuantes. Mais il n'empêche que soumis à un même système, à sa fragilité et ses faiblesses qui sont les mêmes pour tous, certains s'en tirent et d'autres non.
N'est-ce vraiment qu'une question d'adaptabilité ? Il est clair que le sens pratique, l’habilitée à accepter un système et se jouer de ses contraintes pour y trouver son propre développement est une forme nette d'intelligence. Ainsi ceux qui passent les écoles et en sortent avec les honneurs, quand bien même ils seraient fustigés de « simples perroquets répétant leurs leçons » auraient au moins ce mérite là : avoir vu et su appliquer la bonne méthode pour ne pas se faire piéger par le système. Tranchons alors que les notes malgré tout leurs défauts restent une bonne mesure de l'intelligence « pratique ».

Il y aurait donc non pas une intelligence mais des intelligences. Mais qu'est-ce qui peut nous permettre de déterminer et mesurer les autres formes ? L'intelligence créative, l'intelligence logique, l'intelligence sportive peut-être même ! Si il en existe un plus grand nombre il faudrait savoir lequel, sur quoi ces intelligence reposent et comment efficacement les tester. En prenant bien sur toujours en compte le risque de prétendre qu'il y a autant d'intelligences que d'être humains et que donc, en fin de compte, l'intelligence n'existe pas. Et quand bien même on dénombrerait les intelligences et que l'on pouvait tester sur chaque un à quelle intensité il les possède et les met en pratique (car bien sur posséder une intelligence laisser en friche est comme ne pas l'avoir), resterais toujours un problème de comparaison : quelle intelligence est supérieure ? Quelle est la hiérarchie des facultés ?

L'impossibilité de telles mesures me ramène tristement à la question de départ : comment savoir si l'on est intelligent ?
Il serait peut-être plus simple d'abandonner le questionnement, mais alors il faudrait accepter de vivre dans une perpétuelle angoisse. Si l'intelligence (ou les intelligences) existe, mais qu'il n'y a moyen de savoir si on la possède et à quelle intensité: que vaut nos affirmations ? Comment savoir si à chaqu'une de nos réflexions qui nous semblent posées et fiables nous ne sommes pas simplement aveuglés par la complaisance de notre bêtise? On ne pourrait donc être sur de rien, n'avoir rien qui soit véritablement digne d'attention, d'intérêt. Puisque tout pourrait être, en vérité, stupide.
Peut-être est-ce en soumettant ses idées aux autres, par comparaison, que l'on peut savoir si un propos est intelligent. Mais le problème reste le même : un jugement qu'il soit positif ou négatif peu tout aussi bien être intelligent et valable que bête. Comment faire la différence entre les deux, au fond ? Qu'est-ce qui peut nous donner le droit d'affirmer que ceci est un comportement intelligent et ceci une bêtise ?
Comment savoir quand notre jugement est juste et quand il est faussé ?

Faudrait-il donc décider que ça n'a pas d'importance ?
Après tout la plus grande des intelligence pourrait-être simplement de parvenir à vivre heureux.
avatar
Abyssanne
Grenouille

Nombre de messages : 267
Age : 97
Date d'inscription : 29/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intelligence : réalité ou mythe ?

Message  Derich le Lun 21 Nov - 6:59

Et je réponds dans le désordre... Very Happy

Il y aurait donc non pas une intelligence mais des intelligences. Mais qu'est-ce qui peut nous permettre de déterminer et mesurer les autres formes ? L'intelligence créative, l'intelligence logique, l'intelligence sportive peut-être même ! Si il en existe un plus grand nombre il faudrait savoir lequel, sur quoi ces intelligence reposent et comment efficacement les tester. En prenant bien sur toujours en compte le risque de prétendre qu'il y a autant d'intelligences que d'être humains et que donc, en fin de compte, l'intelligence n'existe pas.
Je pense également qu'il existe plusieurs intelligences (même si je n'irais pas jusqu'à définir une intelligence par personne).
Concernant l'intelligence sportive: oui (cf dans des jeux collectifs: savoir faire les bons choix stratégiques rapidement, collaborer efficacement avec ses partenaires, etc etc) et on peut aussi rajouter à ta liste l'intelligence sociale.

Après, on peut trouver des points communs parmi toutes ces intelligences, ce qui pourrait définir l'intelligence comme:
- la capacité à comprendre (ie à accumuler des connaissances plus ou moins complexe rapidement)
- et la capacité à utiliser ses connaissances afin de créer de nouvelles possibilités.
Balancez les contre-exemples!

Abyssanne a écrit:On peut prendre en compte notre ignorance, tout ce qui nous reste à apprendre, mais notre intelligence ? Sur quoi se fonde-t-elle, au juste ? Les notes d'école donnent une facilité de comparaison confortable mais en même temps on a toujours vite fait d'écarter ces notes comme trop subjectives, trop fluctuantes. Mais il n'empêche que soumis à un même système, à sa fragilité et ses faiblesses qui sont les mêmes pour tous, certains s'en tirent et d'autres non.
N'est-ce vraiment qu'une question d'adaptabilité ? Il est clair que le sens pratique, l’habilitée à accepter un système et se jouer de ses contraintes pour y trouver son propre développement est une forme nette d'intelligence. Ainsi ceux qui passent les écoles et en sortent avec les honneurs, quand bien même ils seraient fustigés de « simples perroquets répétant leurs leçons » auraient au moins ce mérite là : avoir vu et su appliquer la bonne méthode pour ne pas se faire piéger par le système. Tranchons alors que les notes malgré tout leurs défauts restent une bonne mesure de l'intelligence « pratique ».
Pour ma part, je pense que l'intelligence est indépendant de la connaissance (cf ton exemple du perroquet qui passe son temps à accumuler bêtement des connaissances sans pouvoir les appliquer/ on pourrait imaginer le cas opposé, ie un génie dans un domaine, mais qui n'y connaît strictement rien à un domaine...)

Pour ton exemple des notes, ces dernières mesurent deux choses: ta connaissance du sujet et ta capacité à les appliquer. Du coup, l'intelligence interviendrait:
- dans la rapidité avec laquelle tu prépares ton examen (même si, dans l'absolu, la méthode "perroquet" peut fonctionner aussi bien, mais demande un temps considérable pour apprendre tous les cas de figure)
- dans l'adaptabilité dont tu dois faire preuve dès que tu rencontres une situation que tu n'as pas rencontré en classe/auparavant (mis à part quelques rares matières (expression écrite en Français), n'intervient pas beaucoup au collège, mais devient de plus en plus important au fil des années, jusqu'au point où les notes de cours sont autorisées dans un examen (niveau université) ).
Donc, je dirais que ce n'est pas une mesure fiable (surtout avant la seconde/première), mais que ça peut tout de même te donner une idée (en supposant que ton prof ne demande pas que du "par cœur" [1] )

[1] Dans ce cas, sortir la tronçonneuse peut être vu comme une forme d'intelligence... Twisted Evil

Et quand bien même on dénombrerait les intelligences et que l'on pouvait tester sur chaque un à quelle intensité il les possède et les met en pratique (car bien sur posséder une intelligence laisser en friche est comme ne pas l'avoir), resterais toujours un problème de comparaison : quelle intelligence est supérieure ? Quelle est la hiérarchie des facultés ?
A mon avis, aucune intelligence est supérieure à une autre: tout dépend de la situation dans laquelle on est (par exemple, savoir trouver des preuves algébriques compliquées sert difficilement dans une conversation avec son voisin chez le boulanger... Razz ).
Ce qui fait que certaines intelligences sont plus utiles que d'autres, et qu'il faut mieux s'adapter pour tirer profit du meilleur de ses capacités (ce qui est probablement une forme d'intelligence... => intelligence personnelle?)
avatar
Derich
Expatrié
Expatrié

Masculin Nombre de messages : 941
Age : 27
Localisation : Loin! Enfin, pas ici...
Emploi/loisirs : Essaye de transformer des journées de 24h en 42h (inversion de chiffres non autorisées!)
Date d'inscription : 04/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intelligence : réalité ou mythe ?

Message  Apeiron le Lun 21 Nov - 14:22

Intelligence vient du latin intelligentare (faculté de comprendre), dérivé du latin intellegere signifiant comprendre, et dont le préfixe inter (entre), et le radical legere (choisir, cueillir) ou ligare (lier) suggèrent essentiellement l'aptitude à relier des éléments jusqu'alors séparés.

L'intelligence est l'ensemble des facultés mentales permettant de comprendre les choses et les faits, de découvrir les relations entre eux et d'aboutir à la connaissance conceptuelle et rationnelle (par opposition à la sensation et à l'intuition). Elle se perçoit dans l'aptitude à comprendre et à s'adapter facilement à des situations nouvelles. L’intelligence peut ainsi être conçue comme la faculté d'adaptation.

L'intelligence pratique est la capacité d'agir de manière adaptée aux situations. Au niveau d'évolution de l'humain, la compréhension ne peut se concevoir sans un système de codification diversifié. On aboutit donc à l’intelligence conceptuelle, inséparable d'une maîtrise du langage (et donc des "mots") permettant le raisonnement complexe; le raisonnement étant l’opération mentale d’analyse permettant d'établir les relations entre les éléments. Enfin, et à ce même niveau, l'objet de l'intelligence est la connaissance conceptuelle et rationnelle.

(Wikipédia)

Voilà donc ce que pense le consensus sur l'intelligence, ce qui se rapproche de la plupart des questions que tu as posées.
Personnellement, en lisant ton message et l'introduction de Wikipédia, j'ai l'impression que le mot "intelligence" désigne une façon de voir l'esprit mais rien de bien concret au final (en tout cas vu la façon dont on la présente habituellement), à part cette capacité apparemment mystérieuse à relier deux éléments distincts pour en tirer quelque chose.
Il est clair que certaines personnes sont plus adaptables que d'autres, et que certaines personnes usent davantage des raisonnements des raisonnements que d'autres. Sont-elles plus "intelligentes" pour autant ? Je ne sais pas. Par contre, il me semble que les personnes qui sont plus adaptables sont celles qui ont développé leur curiosité et leur ouverture d'esprit, ainsi que leurs facultés de déduction et d'action. Une personne qui s'en sort dans le système est quelqu'un qui s'y investit, qui saisit les chances qui s'offrent à elles et qui travaille dans un sens reconnu par ce système.
Il me paraît clair qu'à ce stade le concept manquant ici est la motivation. C'est la motivation qui fait que l'on s'intéresse à certaines façons d'agir, et qui fait qu'on peut se tourner vers des choses nouvelles ou difficiles. A mon avis, le succès vient essentiellement de la motivation que l'on a à réussir ou que l'on a par rapport au système lui-même. Si tu aimes l'école, tu travailleras avec plaisir et tu finiras par réussir.
Quant au fait de tirer quelque chose de deux éléments distincts, pour l'avoir assez souvent expérimenté je pense que cela vient du fait que quand on est motivé par une question on se la pose même en dehors du travail ou du moins du cadre reconnu pour cette question, et que quelque chose qui n'a rien à voir peut soudain déclencher un déclic (ah, la joie du déclic !) parce que justement on a vu cette chose avec la question en tête.
Je pense donc que voir l'intelligence du point de vue des capacités c'est juste une façon déguisée d'affirmer la supériorité de certains par rapport aux autres, en se plaçant systématiquement du bon côté de la barrière bien sûr. Pour moi, toutes ces capacités, même si les gens peuvent avoir des différences à la naissance du fait de la génétique ou de la situation des parents, peuvent être obtenues si l'on est assez motivé, et par conséquent rigidifier la situation en disant qu'il y a des gens qui sont intelligents et des gens qui ne le sont pas est un non-sens pour moi.

Ensuite, pour répondre à Derich :
Travaillant dans le domaine de l'algorithmique, il me semble clair qu'il y a plusieurs façons de résoudre un problème, de même qu'il y a beaucoup de problèmes à résoudre. Le choix des problèmes pertinents (qu'est-ce qui est important ?) et le choix de la méthode à utiliser (qu'est-ce qui est le plus efficace ?) pourrait effectivement être vue comme une forme d'intelligence, et je vais d'ailleurs prendre ça comme définition par la suite Smile.
De plus, la recherche de la "meilleure" solution a aussi un coût, qui doit également être être passé au tamis de l'importance et de l'efficacité, donc le phénomène est multi-ordonné (auto-référentiel ?) et à mon avis ne peut être clos, car nous utilisons les méthodes de résolution pour évaluer les méthodes de résolution, ce qu'Abyssanne a évoqué dans son questionnement de savoir s'il est possible de savoir si on est intelligent.
Le choix de ce qui est important est lié à la motivation, et d'ailleurs pour moi ne peut avoir qu'une source individuelle, même si parfois la société tente de s'y substituer en indiquant aux gens ce qui devrait être important pour eux (par la pression sociale, voire la propagande et l'endoctrinement). L'efficacité s'obtient à mon avis par l'expérience (d'où une certaine importance des connaissances, même si sans intelligence les connaissances sont inutiles et que l'intelligence permet d'obtenir ces connaissances) et le raisonnement. L'efficacité impressionne bien sûr, mais pour moi elle s'acquiert une fois que l'on a la motivation.

PS : La notion de problème elle-même, de laquelle nous venons de dériver la notion d'intelligence, pourrait être intéressante à étudier. Qu'est-ce qu'un problème ? Là encore je pense que cela a une source individuelle, même si certains problèmes peuvent être partagés. Résoudre un problème c'est chercher à trouver une méthode pour changer quelque chose, donc je pense que la source de la notion de problème vient d'une différence entre soi et notre environnement.
avatar
Apeiron
Grand Inquisiteur de la Cohérence
Grand Inquisiteur de la Cohérence

Masculin Nombre de messages : 5471
Age : 29
Date d'inscription : 09/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intelligence : réalité ou mythe ?

Message  Elrohir le Mar 3 Jan - 0:41

Abyssane a écrit:Après tout la plus grande des intelligence pourrait-être simplement de parvenir à vivre heureux.

L'intelligence m'a toujours paru être d'une grande tristesse. Les rares fois où je me suis senti vraiment intelligent ne m'ont pas apporté de bonheur. De la fierté parfois mais du bonheur jamais. Pour moi, ta phrase est donc un paradoxe insurmontable. J'irai même jusqu'à dire que la raison pour laquelle je me complais parfois dans la bêtise, est un manière toute personnelle de chercher le bonheur.

_________________
Les seules vapeurs acceptables sont les vapeurs d'alcool.
avatar
Elrohir
Nain porte quoi
Nain porte quoi

Masculin Nombre de messages : 2825
Age : 29
Localisation : Là où ça fait mal !
Emploi/loisirs : Baston
Date d'inscription : 13/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intelligence : réalité ou mythe ?

Message  Abyssanne le Mer 4 Jan - 0:11

Ma phrase n'est pas forcément un paradoxe, l'intelligence pourrait être justement de se rendre compte que certaines situations se règlent à l’instinct, avec de l'humour ou sans réfléchir. Il faudrait avoir l'intelligence de ne pas être intelligent coa ^^ Et je vois tout à fait ce que tu veux dire, d'une manière générale les personnes trop dans l’intellectualisme constant ont plus tendance à me déprimer.
avatar
Abyssanne
Grenouille

Nombre de messages : 267
Age : 97
Date d'inscription : 29/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intelligence : réalité ou mythe ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum