Vita : Les Vampires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vita : Les Vampires

Message  Apeiron le Ven 5 Fév - 15:34

Introduction

A l'heure actuelle, l'origine et la nature précise des vampires est inconnue. Comme pour les thérianthropes, le grand public ignore leur existence. Pour ceux qui sont dans la confidence, les vampires sont des êtres nocturnes se nourrissant de sang humain, et parfois même se dévorant entre eux. Leur rapport avec les humains et les thérianthropes est encore aujourd'hui dictée par la Charte signée à la fin du moyen-âge suite à l'échec relatif de la Purification. Les vampires sont unifiés sous un unique gouvernement mondial relativement secret qui applique strictement la Charte et qui se veut l'héritier et le garant de la tradition vampirique.

Le monde des vampires est relativement renfermé, et seuls ceux qui ont pu les approcher sans en mourir peuvent connaître davantage leurs usages et leur organisation. Les chasseurs laïcs sont généralement les mieux informés (en tout cas les haut-gradés), et les chasseurs cléricaux eux disposent de dossiers remontant jusqu'au début du moyen-âge. Les thérianthropes connaissent assez mal le monde des vampires, et vice-versa, dans la mesure où leurs rapports consistent généralement à s'ignorer. Néanmoins, les notables, les ambassadeurs ou ceux qui vivent dans des zones franches ont su passer cette frontière culturelle.

Rares sont ceux, même parmi les vampires, qui disposent de toutes les informations qui vont suivre.
avatar
Apeiron
Grand Inquisiteur de la Cohérence
Grand Inquisiteur de la Cohérence

Masculin Nombre de messages : 5470
Age : 28
Date d'inscription : 09/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vita : Les Vampires

Message  Apeiron le Ven 5 Fév - 16:11

Langue Vampirique

Les Vampires ne la nomment pas entre eux, ou se content de parler de "La Langue" ou "Le Haut-Parler" ou d'autres expressions. Pourtant elle ne forme pas une langue en tant que telle, mais plutôt une collection de termes liés à vampirisme parfois plus précis que les langues humaines et fortement connotés. Ses consonances et le fait qu'elle s'écrive avec une sorte d'abjad laisse penser à une langue sémitique comme l'arabe ou l'hébreu, mais les termes ne trouvent pas d'équivalents directs avec une langue connue. Le fait est que son origine est nébuleuse et qu'elle peut être autant le vestige d'une vraie langue qu'une langue artificielle conçue par le gouvernement vampirique pour asseoir son autorité morale.

Le premier mot qu'apprend un nouveau vampire est azel (avec un accent tonique sur la dernière syllabe), qui signifie littéralement le sang ou pouvoir. En fait il ne s'agit pas tellement du sang en tant que tel que la qualité du sang, ce qui fait que le sang d'un vampire est différent du sang d'un humain ou d'un thérianthrope. L'azel est l'origine du pouvoir du vampire, son destin autant que sa malédiction. C'est l'azel qui étend ses sens, l'azel qui menace de submerger son esprit à chaque instant, l'azel qui lui accorde santé et puissance, l'azel qui le pousse à ne vivre que la nuit, bref c'est l'azel qui fait de lui ce qu'il est.

Le maître de sang d'un vampire est appelé son azrak, et le vampire qui a reçu l'azel de son maître est son serviteur de sang, son aslim. Les vampires ainsi que ceux qui leur sont liés se nomment eux-mêmes les Aslenaï (singulier aslen, le "aï" marque le pluriel), littéralement "ceux qui sont du sang". Cela inclut les vampires, leurs calices ainsi que leurs goules.

L'azel correspond au pouvoir propre, mais le pouvoir en tant que relation existe aussi dans leur langue : l'orad (avec un accent tonique sur la dernière syllabe). A vrai dire, l'azel et l'orad définissent à eux seuls l'essence de leur civilisation, et à part dans les zones franches, il est rare que se développent des relations personnelles ne relevant pas de l'orad. La notion d'autorité se traduit par ortak, et la notion de soumission par oldim. Ceux qui ont accepté la loi vampirique sont appelés les olden (par exemple pour un non-vampire qui serait placé sous la protection d'un vampire haut-placé). L'orad ne traduit pas que le pouvoir politique, et il peut s'appliquer au pouvoir que l'on a sur les autres. Par exemple, un pouvoir de sang est désigné par le terme azelorad.

Ces termes apparaissent au milieu de phrases en langue locale, mais ne sont jamais utilisés à la légère. Une forte connotation émotionnelle existe derrière chacun d'eux, et utiliser un de ces termes donne beaucoup de sens à la phrase.

Petit glossaire :
Azel : sang
Azrak : maître de sang
Aslim : serviteur de sang
Aslen : les gens du sang vampirique
Orad : pouvoir
Ortak : autorité
Oldim : soumission
Olden : les gens de la loi vampirique
Azelorad : pouvoir de sang
avatar
Apeiron
Grand Inquisiteur de la Cohérence
Grand Inquisiteur de la Cohérence

Masculin Nombre de messages : 5470
Age : 28
Date d'inscription : 09/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vita : Les Vampires

Message  Apeiron le Dim 7 Fév - 23:42

Réservé
avatar
Apeiron
Grand Inquisiteur de la Cohérence
Grand Inquisiteur de la Cohérence

Masculin Nombre de messages : 5470
Age : 28
Date d'inscription : 09/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vita : Les Vampires

Message  Apeiron le Lun 8 Fév - 0:33

La Société Vampirique

La notion de pouvoir est omniprésente dans l'existence des vampires. Les vampires se voient comme des dominants par rapport aux humains, mais cherchent également à se dominer mutuellement. La nécessité de la Mascarade a dû imposer une paix civile, et donc la mise en place d'une hiérarchie complexe avec de multiples rangs et de possibilités de monter peu à peu l'échelle du pouvoir. Le principe de base est celui-ci : celui qui veut du pouvoir devra être l'esclave de quelqu'un qui en a, pour pouvoir un jour en recevoir. Certains parmi la nouvelle génération ont pris leur distance par rapport à ce jeu dangereux et se sont retirés dans les zones franches. Pour les autres, la hiérarchie de base est assez stricte.

les princes sont les vampires des vampires, les nobles parmi les nobles. Ils sont craints par tous, même (ou surtout ?) par les vampires eux-mêmes. Ils sont plus vieux que la société vampire qui s'est maintenue jusqu'à nos jours, et ont un pouvoir démentiel, enfin d'après la rumeur. Ils sont à vrai dire plus proches du mythe que de la réalité, même si leur réalité ne saurait être sérieusement remise en question. Ils sont apparemment détachés des affaires politiques, mais qui sait ce qu'ils préparent réellement, si même ils daignent s'occuper de la situation actuelle ? On peut théoriquement devenir Prince, mais durant tout les siècles que le gouvernement vampirique a existé, seul le dracul Vlad Ţepeş, surnommé "Dracula" a réussi, bien qu'il soit mort, ce qui confirme que même les Princes sont mortels.

Les plus jeunes (surnommés les enfants, d'après l'expression latine "infans" : "qui ne parle pas") sont sous l'autorité et la protection de leur chef de clan. Quand ils deviennent assez forts, ils peuvent quitter le clan et devenir des nobles, ce qui leur apporte leurs premiers vrais droits. Un noble dont la valeur et le patrimoine est reconnu par le gouvernement peut devenir un seigneur, ce qui lui donne le droit d'enfanter et de fonder un clan pour ses enfants, sous certaines règles évidemment. S'il n'a plus d'enfants à sa charge, il peut choisir de monter dans la hiérarchie, selon le pouvoir régulier ou séculier.

Le pouvoir régulier est le pouvoir fédéral des vampires, qui assure le maintien de l'ordre établi et de la justesse de la loi. Il peut rejoindre une paroisse et devenir diacre, puis se mettre au service de l'évêque en tant que vicaire (simple délégué) ou curé (délégué disposant d'un mandat) et devenir prêtre auprès du pouvoir séculier. S'il est reconnu, il peut devenir évêque à son tour, ce qui lui assure une autorité morale et fédéral sur un territoire assez vaste (le diocèse, alors que le terme de paroisse désigne plutôt l'infrastructure fédérale) correspondant à un petit pays. La coordination des évêques entre eux ou avec les vicaires ou les curés se fait lors des conciles. Le Conclave est l'organe suprême du gouvernement vampirique et est composé par des cardinaux. Un évêque peut devenir cardinal de fait s'il est invité à siéger au Conclave ou par titre. Un cardinal conserve son titre même s'il quitte le Conclave, auquel cas il ne fait que prêter sa place, et peut la reprendre à tout instant. En réalité, le nombre de sièges initial fut le nombre de Princes à avoir participé à la création et à la mise en place du Conclave, ce qui fait que les princes pourraient récupérer leur place n'importe quand, les cardinaux n'étant alors vus que comme des intendants.

Le pouvoir séculier est le pouvoir contemporain exercé localement sur des territoires définis (le diocèse n'étant qu'un découpage administratif, et pas un vrai territoire). En travaillant auprès d'une autorité (au moins un comte), celle-ci peut finir par accorder un titre. Le seigneur peut devenir baron, ce qui correspond à une sorte de délégation sur un territoire de petite envergure, concernant surtout les notables et le crime, puis il peut devenir vicomte, ce qui correspond à un rôle d'administrateur sur plusieurs baronnie, qui peut ne pas avoir de siège fixe. Il peut être nommé par un duc comte, ce qui lui confère une autorité encadrée sur un territoire assez vaste, puis marquis, qui est un poste de confiance. En effet, il s'agit d'un grand territoire peu sûr, donc le marquis possède plus de droit que le comte, notamment pour recruter ou organiser des forces militaires. Les deux postes sont surveillés directement par la paroisse. Les ducs forment le sommet de la pyramide, en gérant sous le regard du Conclave de vastes territoires et en gérant les promotions ou les clans. Le pouvoir séculier est lié au territoire, donc le titre l'est aussi. Ainsi, quitter son poste revient à quitter son titre, bien qu'en pratique les anciennes autorités soient respectées comme puissants notables.

Le terme de notable est un titre informel pour désigner un noble puissant ou tout simplement respecté, comme par exemple un riche industriel, un homme politique important dans la société humaine, ou l'héritier d'une vieille famille.
Enfin, il existe une catégorie un peu particulière qui sont les pairs. Ce sont tous des nobles, mais sans forcément de titre. Ils reçoivent ce titre spécial par la reconnaissance directe et officielle d'un Prince, et en terme de décision sont en théorie supérieurs à un duc ou à un cardinal, mais pas au Conclave lui-même. En pratique, agir en tant que pair sans le soutien d'un autre titre est délicat, bien que certaines affaires sombres aient assuré que la protection d'un Prince n'était pas une plaisanterie.
De façon plus générale, la société vampire est rigide, mais même si l'assassinat est prohibé officiellement, seuls ceux qui se font prendre sont punis et donc la pratique est assez délicate malgré tout.
avatar
Apeiron
Grand Inquisiteur de la Cohérence
Grand Inquisiteur de la Cohérence

Masculin Nombre de messages : 5470
Age : 28
Date d'inscription : 09/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vita : Les Vampires

Message  Apeiron le Dim 7 Mar - 18:42

L'azel et les azeloradaï

L'azel est à la fois la source, l'enjeu et la malédiction de tous les vampires. L'humain qui reçoit l'azel de son parent vampire voit sa vie changée à tout jamais : il subit des changements physiques, psychiques et sociaux qui bouleversent la cours de sa vie.
La nécessité de la Mascarade et les enjeux de pouvoir vont le couper inéluctablement de son ancienne vie, même s'il avait voulu la conserver malgré tous les changements qui s'opèrent dans son corps et son esprit. Les parents vampires choisissent leur rejeton pour des raisons qui leur sont propres, que ce soit ce que ce dernier pourrait apporter au clan, ou même un simple caprice personnel. Mais généralement, cela se fait sans même que le rejeton puisse choisir ou même résister. Le premier contact du futur rejeton avec le monde des vampires est l'étreinte, le moment où le parent vampire transmet l'azel à son rejeton, souvent violent et/ou sensuel.
Tous les humains ne survivent pas au changement apporté par l'azel du parent, et il n'est pas rare que leur caractère soit altéré, parfois jusqu'à ce que la folie les consume. Cela était surtout vrai avec l'azel des vieilles générations, mais l'azel des jeunes générations est moins dangereuse. Il faut généralement de une à plusieurs nuits avant que le rejeton ne puisse émerger, après avoir été profondément changé. L'azel agit en partie comme une mémoire, aussi durant cette période le rejeton peut avoir une longue suite des cauchemars hallucinatoires née des souvenirs de sa lignée et de sa propre souffrance. La plupart du temps, le choc est trop fort, et les vampires essaient d'oublier ce moment pénible de leur existence, même si des réminiscences peuvent resurgir à l'improviste, particulièrement lorsqu'ils se regardent dans un miroir.

Le rejeton, en se réveillant découvre rapidement que son corps a changé. Sans entrer dans le détail des particularités des différentes lignées, les sens usuels sont bien plus affutés, le vampire est bien plus résistant et régénère beaucoup plus vite, il est devenu très sensible à la lumière, au point qu'une exposition prolongée peut entrainer une cécité temporaire et des brûlures, et peut conduire à la mort si prolongée. Son métabolisme est centré sur la nuit, et a moins besoin de dormir qu'un humain. Il est également beaucoup plus sensible à l'odeur du sang et a développé une sorte de sixième lui permettant de sentir la présence d'autres vampires à proximité. Par contre, le vampire a beaucoup moins de goût pour la nourriture ordinaire, qu'ils ne digèrent que partiellement, ou pour le sexe, ce qui est peut-être lié au fait que les vampires soient stériles.
Mentalement, le rejeton conserve généralement les grandes lignes de son caractère d'humain, tout en étant beaucoup plus radical. L'angoisse de l'étreinte et les cauchemars issus de l'azel ne disparaissent jamais complètement, et il est rare qu'un vampire passe une bonne nuit de sommeil ou se sente jamais vraiment détendu. Mais c'est la soif de sang et le monstre tapi derrière l'azel qui est l'ennemi intérieur le plus fort d'un vampire.

Le sang humain est l'aliment naturel du vampire, et tout le reste à côté n'est qu'un pâle substitut. La solution la plus simple consiste à boire complètement le sang d'un être humain ou d'un vampire, ce qui le nourrit pour environ cinq jours. Il est également possible au vampire qui contrôle sa soif de n'absorber le sang qu'à de petites quantités à la fois (l'équivalent d'une transfusion), ce qui le nourrit pour une demi journée. Couplé avec des substituts, une transfusion le nourrit pour une journée, et une absorption complète pour une semaine. Passé ces délais, la soif de sang commence à se faire sentir, de plus en plus fortement. Quelques jours après une transfusion ou un mois environ après une dévoration, le corps du vampire ne tient plus, et ce dernier rentre en torpeur (sorte d'hibernation), et peut finir par en mourir. Une longue période de disette, ou une alimentation insuffisante peut également entraîner des séquelles plus ou moins graves, qui ne se guériront qu'avec du temps et une alimentation suffisante.
Chaque vampire est hanté par ses cauchemars, cauchemar de ce qu'il est devenu, de ses crimes ou même réminiscences de sa lignée. Cela conduit généralement à une certaine instabilité mentale du vampire, qui s'aggrave durant une période de disette. Cela peut même aller jusqu'à la double personnalité, où l'une ressemble à ce qu'était le vampire quand il était humain, et l'autre est un chasseur impulsif et violent tirant plaisir à chasser et dévorer ses proies. De façon générale, la soif de sang ou des évènements graves peuvent plonger le vampire dans une sorte de transe, où il devient une sorte de monstre s'il perd le contrôle. Dans un tel état, le vampire est d'autant plus redoutable qu'il agit sans compassion et avec des réflexes et une vigilance décuplés. Il garde des souvenirs partiels de ce qu'il a pu faire pendant ce temps, même si la question de savoir s'il avait vraiment le contrôle de ses actes reste ouverte.

Si boire du sang est nécessaire à la survie du vampire, cela peut également augmenter son pouvoir s'il agit du sang d'un vampire. Le sang des vampires leur offre de nombreux pouvoirs, et absorber le sang d'un autre vampire donne accès aux pouvoirs de celui-ci. Absorber le sang d'un vampire ne permet que de le faire entrer dans l'organisme, mais ne le rend pas encore utilisable. Pour ce faire, il faut que le vampire l'assimile. Le sang non assimilé est porteur de la volonté du vampire dont il est issu, ce qui permet aux parents de contrôler ou d'espionner leurs jeunes rejetons ou des goules. Assimiler le sang d'un autre vampire peut être dangereux, car cela fait perdre le contrôle de soi et si le sang à assimiler est assez fort c'est la volonté de l'autre vampire qui peut dominer, transformant alors le vampire ayant tenté l'expérience en esclave de la volonté de l'autre. De plus, cette épreuve dangereuse fait écho aux cauchemars du vampire et peut réveiller le monstre qui dort en lui.
Dévorer complètement un autre vampire est extrêmement dangereux, en plus d'être illégal. Mais en cas de réussite, le vampire peut acquérir un pouvoir de sang supplémentaire maitrisé par la proie, ou augmenter de façon conséquente la maîtrise d'un pouvoir en commun. Il existe une alternative réglementée et beaucoup moins dangereuse : l'échange. Il s'agit d'un rituel généralement organisé entre clans, même si les jeunes vampires des zones franches le font parfois entre eux sans cadre, où chaque vampire absorbe une petite quantité de sang de l'autre, ce qui lui permet de gouter l'autre. Avoir déjà gouté un être facilite au vampire l'assimilation du sang issu d'être semblables, et si cet être est un vampire, cela permet d'acquérir des marques de sang. Cumuler des marques de sang d'un certain pouvoir de sang permet à la longue d'acquérir ou de mieux maîtriser un pouvoir de sang, mais ce processus est assez long et incompatible avec la dévoration d'un autre vampire, car la dévoration est un processus tellement violent qu'il a tendance à effacer les marques de sang.
avatar
Apeiron
Grand Inquisiteur de la Cohérence
Grand Inquisiteur de la Cohérence

Masculin Nombre de messages : 5470
Age : 28
Date d'inscription : 09/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vita : Les Vampires

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum